Actualités

Maison Bécam Cap sur la Croissance !

  • Par Justine Laguigner

Maison Bécam Cap sur la Croissance !

Malgré la crise liée à la Covid-19, la volonté et l'ambition de l'artisan boulanger angevin restent intactes. Un état d'esprit d'entrepreneurs ancré dans l'âme de Cécile et Nicolas Bécam qui viennent d'ouvrir leur premières boutique à Nantes. Et ce n'est que le début !

Face à cette terrible crise sanitaire, voici un couple d'entrepreneurs, de passionnés qui, comme de nombreux de leurs confrères boulangers-pâtissiers, n'ont pas voulu se laisser vaincre par la peur ou l'immobilisme. Ils ne veulent pas céder face au défi qui se présente devant cette enseigne enracinée depuis 15 ans à Angers.

« La plupart de nos boutiques sont restées ouvertes pendant les confinements. On a accepté parfois de perdre 80 % de notre chiffre d'affaires sur certains points de vente et faire le choix de rester présents pour nos clients et nos salariés. Ce qui nous a permis d'être prêts dès les déconfinements », précise Nicolas Bécam. Aller de l'avant est un leitmotiv pour ce couple d'entrepreneurs attaché à sa région, mais qui souhaite se développer hors de ses terres.

 

BONJOUR NANTES !

La Maison Bécam entraîne en effet dans son sillage d'autres porteurs de projet pour faire découvrir les valeurs de leur concept au-delà de ses frontières angevines. C'est le cas de Lucie Modicom et Quentin Goudet, qui ont décidé « coûte que coûte » d'ouvrir le 10 décembre dernier, une “Maison Bécam” au centre-ville de Nantes (au 24 rue Racine). Initié en 2019, ce projet entrepreneurial ambitieux a mûri pendant la crise Covid-19. Le contexte sanitaire, animé par des confinements successifs, n’a pas eu gain de cause face à la volonté de le réaliser. « Adaptabilité, flexibilité et agilité sont les maîtres mots pour résister en période de crise », précise Nicolas Bécam. L’objectif initial est donc resté inchangé : rendre accessible à tous les Nantais une nouvelle version de la boulangerie-pâtisserie alliant l’artisanat, la modernité et le plaisir gustatif. « Il n’y a pas de bons moments pour entreprendre. Ce contexte mouvant et historique nous contraint simplement à prendre davantage conscience des risques que nous prenons et nous force à développer notre capacité à y faire face. La proactivité s’avère être primordiale pour éviter de subir la situation », affirment avec conviction Lucie Modicom et Quentin Goudet.

 

DES VALEURS ESSENTIELLES

Pour Nicolas Bécam, il est temps de sortir de sa zone de confort et de faire connaître son savoir-faire en dehors de sa cité angevine. Et de transmettre ses valeurs : « Fils de boulanger, j’ai passé mon enfance à pétrir, façonner et cuire des pains et viennoiseries dans le fournil de mes parents. Ma passion est devenue mon métier, et à mon tour je transmets mes savoir-faire en tant que Maître Artisan à travers le développement de mes boulangeries Maison Bécam.» D'ailleurs, les nouvelles équipes de la boulangerie nantaise sont formées pendant plusieurs semaines pour découvrir, apprendre les savoir-faire et procédés des métiers de la boulangerie et du conseil en vente propres à Maison Bécam. Les formations sont dispensées tout au long du parcours professionnel de chaque collaborateur pour favoriser leur montée en compétence. Étant eux-mêmes issus de l’apprentissage, Lucie Modicom et Quentin Goudet soutiennent les jeunes actifs et souhaitent offrir cette chance à une vingtaine de futurs apprentis. Dans cette première ouverture nantaise, comme dans les autres boutiques de l'enseigne, la transmission des valeurs de l'entreprise est cruciale. « Nous sommes des artisans boulangers passionnés par les projets de long terme où l’esprit familial, la passion de l’authentique et la fierté du travail bien fait restent des valeurs primordiales », martèle Cécile Bécam.

 

PLACE AUX VALEURS DE LA BOULANGERIE MODERNE

Chez Maison Bécam, c'est la qualité, le plaisir, la convivialité et la modernité qui prédominent. Bien sûr, l'enseigne s'engage, où qu'elle s'installe, à produire des produits faits-maison, de qualité et avec des matières premières issues de producteurs locaux. « Nous sélectionnons nos matières premières avec soin en prenant en compte leur provenance, leur composition et leur certification. Une partie des farines utilisées sont certifiées Bio et labellisées Label Rouge. Le beurre est quant à lui certifié AOP », précise Nicolas Bécam. En plus de la partie boulangerie, viennoiserie et pâtisserie, les Nantais pourront retrouver exclusivement une gamme d’épicerie fine de la marque “Choc’ O Roi” fabriquée en local. Une partie snacking est aussi proposée avec une gamme complète de produits pour le déjeuner : des sandwichs frais et gourmands (froids et/ou chauds), des salades repas et des plats chauds. En fin de journée, pour un apéritif ou un dîner, des pizzas boulangères sont aussi proposées chaudes, et prêtes à consommer ou bien à réchauffer directement chez soi. « Nous avons lancé un concept de pizza dénommée la “Fizza”, une pizza feuilletée », précise fièrement l'entrepreneur. 

 

DU BON GOÛT 

Maison Bécam est actuellement implantée dans le Maine-et-Loire, à Angers (4 boutiques), Beaucouzé, Saint-Barthélemy-D'anjou, Avrillé et Brissac. Nantes est donc la 9e boutique de l'enseigne qui ne compte pas s'arrêter en si bon chemin, soutenue fermement par son meunier, la Minoterie Girardeau. « Nous nous sommes fixés un objectif de 6 ouvertures en 2021, dont la plupart en contrat de licence de marque. C'est un modèle économique plus pertinent, moins engageant que la franchise et plus souple », avoue Nicolas Bécam. Les prochains projets concernent Orléans, Rennes, Cholet, Laval, Tours et Le Mans. Avant d'envisager une arrivée sur Paris ! Sans oublier le développement de ses gammes. « Nous proposons notamment aux artisans une gamme de Galettes des Rois artisanales livrées sur toute la France. Une solution pour les artisans qui n'ont pas la possibilité de fabriquer en grande quantité et qui ne souhaitent pas utiliser de produits industriels. » C'est clair, le couple d'entrepreneurs n'est jamais à court d'idées innovantes.

LAURENT ESTEBE

Article l'Honoré Magazine

 

Post précédent Post suivant