Actualités

Clap de fin chez Maison Travers - Par le Courrier de l'Ouest

  • Par Justine Laguigner

Clap de fin chez Maison Travers - Par le Courrier de l'Ouest

Article tiré du journal "Courrier de l'Ouest" du jeudi 16 décembre 2021 https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/cholet-49300/cholet-maison-travers-met-fin-a-17-ans-de-gourmandises-e90a8730-5d8b-11ec-b4ec-97a0d7a10b5e

"Une institution du commerce choletais va fermer ses portes le 31 décembre. Maison Travers va passer le relais à Maison Bécam. L'occasion de revenir sur une aventure de 17 ans…

Forcément ça remue. On ne quitte pas une aventure de 17 ans, comme ça, en un claquement de doigts, sans avoir le cœur serré "Vous savez, quand on a annoncé à nos salariés qu'on arrêtait, il y a eu de l'émotion, glisse Sébastien Travers. Notre histoire, c'est beaucoup d'humanité avec tous ceux qui sont avec nous. Et on a la chance aussi d'avoir des clients fidèles, qui nous disent de très belles choses depuis quelques jours. C'est touchant…"

Voilà, Maison Travers va éteindre les lumières aux dernières lueurs de 2021. C'est ainsi, et ce n'est pas neutre. Alors oui, même si Isabelle et Sébastien Travers aiment à dire qu'ils "ne font pas du pain et des gâteaux", "qu'ils ne sauvent pas des vies, comme à l'hôpital" et qu'il "faut savoir rester humble", il n'empêche : quand on donne du plaisir pendant 17 ans, c'est une histoire qui compte.

"On a peur de perdre notre âme. On préfère s'arrêter"

Le couple Travers, c'est une certaine idée de la boulangerie-pâtisserie, née dans les années où le temps passé derrière le comptoir ne se comptait pas, "jusqu'à 70 ou 80 heures par semaine". Sébastien découvrit tout ça, le labeur et la sueur qui va avec, très tôt, quand il était gamin et qu'il tournait autour du pétrin de son oncle, Dénis, boulanger à  Sucé-sur-Erdre (Loire-Atlantique).

Tout a commencé ici, tout s'est poursuivi par deux "magnifiques CAP", en boulangerie et en pâtisserie. "Pour moi, les CAP valent largement des bac +5, dit le Bellopratain de naissance, qui évolua en apprentissage chez Monsieur Potiron, à Andrezé. Avec ça, tu peux tout faire ! Il suffit d'avoir la niaque." Il en avait le jeune Travers, quand il mit ensuite le cap sur le Pouliguen, en Loire Atlantique, au sein de la maison Airaud. "On fournissait la chaîne de luxe Lucien Barrière, se souvient-il. J'y ai appris l'excellence. Les viennoiseries on n'avait pas le droit de les rater. Toutes ces expériences m'ont construit et m'ont mis à l'épreuve. J'ai beaucoup, beaucoup travaillé, mais c'est ce qui m'a construit."

Le Pouliguen, dernière étape avant le grand saut : une boulangerie rien qu'à eux, car Isabelle est là aussi. Une formation d'esthéticienne à la base, mais voilà, "j'ai rencontré un boulanger, j'ai donc vendu du pain", rigole t-elle. Le couple s'installera à Segré, pendant sept ans. Avant l'arrivée à Cholet, en 2004,avenue des Câlins. À l'époque, il n'y avait qu'un garage, sa station-essence et sa petite boutique de pains. "Il fallait tout dépolluer et imaginer ce qu'allait être Maison Travers, explique Sébastien. Mais on a pas hésité, on a tout de suite senti le potentiel du site." Pari gagnant. Sept ans plus tard, il y aura l'agrandissement de 140m², puis l'installation aux Halles. En 17 ans, l'effectif est passé de deux à … trente salariés !

Une vraie PME. Mais qui n'a jamais renié son ADN gourmand. Ici, on a le goût du travail bien fait, la foi aussi  d'un apprentissage et la transmission de savoir-faire, à l'image des techniques du tourier, "un poste hélas oublié, mais qui est la base de tout, là où on apprend à travailler la pâte". Bref, une boulangerie-pâtisserie authentique.

Mais alors pourquoi tout arrêter aujourd'hui ? "Parce qu'on est arrivé à des volumes qui commencent à devenir trop importants, on est sur une ligne de crête… C'est un peu le revers de la médaille. On à peur d'y mettre notre âme, on préfère donc dire stop avant que ça ne soit trop tard. Et puis, on est à un âge où l'on peut se lancer de nouveaux défis. On était peut être trop installé dans le confort. On a besoin de bouger aussi…" Des projets sont sur les rails, mais on n'en saura pas plus. Si ce n'est qu'il y a l'envie de donner "plus de sens" à leur carrière, en accompagnant les jeunes notamment. Voilà, une histoire va se terminer, bientôt. Elle a été belle, et sacrément bonne, diront les gourmands.

 

Maison Bécam prend le relais

C'est donc acté : Maison Bécam va prendre la succession de Maison Travers. La nouvelle boulangerie ouvrira ses portes courant janvier après quelques travaux.

Maison Bécam, née à Angers en 2005 sous le nom de Jardin des Saveurs avant de prendre son nom actuel huit ans plus tard, a été fondée par Cécile et Nicolas Bécam. L'enseigne s'est développée rapidement. Aujourd'hui, la marque compte une dizaine de boutiques, en grande majorité dans la région angevine, mais aussi à Nantes et Orléans, et entend bien poursuivre son développement au cours des prochaines années. A Cholet, Maison Bécam va conserver les salariés de Maison Travers. "On arrive avec humilité et dans le plus grand respect du travail réalisé par Isabelle et Sébastien Travers", souligne Nicolas Bécam qui qualifie son enseigne "d'artisanale". "

Un papier de Freddy REIGNER

Post précédent